C’est fini.

blogb

Il y a des histoires comme ça qui vous poussent à bout, au bout de tout, au bout de vous. Que vous portez à bout de bras, à bout de forces. Des histoires dans lesquelles on pense qu’on a tout donné et qu’on n’aurait pas pu donner plus, qu’on ne pourra jamais plus donner. Il est de ces histoires où on y croit dur comme fer « et si je mens je vais en enfer ». De ces histoires où on s’encastre dans un mur, jusqu’à se faire mal, jusqu’à se frapper la tête contre le mur histoire que ça rentre un peu plus, comme un peu ces pièces de puzzle qui ne sont pas à la bonne place mais sur lesquelles on force quand même. De ces histoires qui, comme un miroir brisé, laissent des fissures. Ces histoires où tout paraît simple avant que l’on s’emmêle, avant que l’on se malmène. De ces histoires dont on pense qu’on ne s’en remettra pas. Jamais.

Et puis, il y a un soir, sur les réseaux sociaux, au détour de quelques photos, dans ce genre de soirée où des fois on consulte son téléphone, un peu mécaniquement, quand la conversation nous intéresse plus trop ou qu’on a un peu perdu le fil parce que tout le monde parle en même temps, un peu fort, un peu de tout et de rien. On jette un coup d’œil à la vie là bas, de l’autre côté du monde, de l’autre côté de l’atlantique, et on comprend qu’il y a quelqu’un d’autre. Une autre fille dans sa vie. Il reste ce pincement au cœur, et un minuscule nœud à l’estomac et la vie ailleurs, ici, qui nous entraine, qui nous emmène. Les autres nous prennent par la main, allez une dernière danse, allez un dernier verre. On repose le téléphone et on repart dans ces conversations qui font rire aux éclats, dans ces conversations un peu trop captivantes qu’on oublie le temps, et l’espace. On se laisse enivrer et de l’autre côté du monde, on nous demande si ça va, parce qu’on a prévenu de ces photos, et en fait on a juste oublié.

J’ai oublié que souvent, avant, ça me coupait les jambes, le souffle. Oublié à quel point mon cœur se tordait à l’idée qu’une autre laisse se balader ses doigts sur son corps. J’ai oublié à quel point ça pouvait faire mal. Je n’ai pas oublié la douleur pourtant, la blessure a été trop profonde, trop intense, trop tout pour que je l’oublie mais je n’ai plus mal. C’est difficile de donner son cœur et se dire que peut-être, il nous reviendra brisé. Et je crois que c’est l’une des pires choses qui puissent nous arriver, sentir son cœur se briser en mille morceaux à l’intérieur de nous. On ne sait pas s’il faudra de la super glue ou du plâtre pour tout bien recoller. Et puis le temps. Et puis la vie.

Plusieurs fois, je me suis demandé combien de temps cela prenait pour réparer un cœur brisé et aujourd’hui, c’est fini. Je peux le dire, je peux l’écrire. Cela s’est imposé à moi comme un fait, un soir où je faisais défiler mon fil d’actualité. Je ne sais pas si tout est bien réparé, tout est bien recollé. Je sais qu’il me reste des souvenirs. De moments heureux, d’instants à refaire le monde, je ne retiendrai que cela. Le temps finira son œuvre et atténuera pour faire disparaître, l’amertume qu’ont laissé les derniers instants partagés, l’amertume de cette barque qui sombre, nous deux à son bord, sans rien pour nous accrocher même pas nos mains, pour nous accrocher l’un à l’autre.  

Il me reste pour lui, pour nous, pour ce que nous avons été, pour nos nuits éloignés, nos matins qu’on ignore et nos horizons qui ne se rencontreront plus, une immense tendresse, et je crois aussi que je suis reconnaissante. Reconnaissante de cette tendresse qu’il avait pour moi. Reconnaissante où ce soir un peu chafouin, il est juste venu pour me serrer dans ses bras. Reconnaissante où quand on se déchirait, il m’a délicatement déposé un baiser sur le front. Comme pour me dire que tout allait bien se passer, même si là tout de suite, c’était un petit peu plus difficile que d’habitude, que ça allait l’être encore pour quelques temps, mais que ça finirait par passer. Ma tristesse, mon amour pour lui, notre idéal que je m’étais construit. Comme s’il avait su le chemin à parcourir, les bosses sur la route, les égratignures sur les genoux avant aujourd’hui. Reconnaissante d’avoir su que je pouvais aimer à ce point et d’avoir appris à me relever même si je ne pensais pas que c’était possible.

 Va, vis, vole mon amour.

29 réflexions sur “C’est fini.

  1. Comme je comprends ce sentiment. J’ai eu moi aussi une « grosse » histoire et puis dernièrement, j’ai oublié son anniversaire et j’ai eu un énorme choc. Car nos anniversaires, c’était quelque chose de sacré pour nous, même si on ne se parlait plus, qu’il y avait eu des disputes, il n’oubliait jamais de me le souhaiter et je n’oubliais jamais de lui souhaiter. C’était un peu un jour « d’armistice » quoi. Et là, quelques jours après, je me suis rendue compte que je n’avais pas pensé une seule fois à son anniversaire, je l’avais oublié. Je n’avais pas fait exprès, c’était pas volontaire, j’ai juste… oublié, je n’y ai pas pensé, ça s’est fait comme ça sans prévenir et c’est là que j’ai réalisé que ça y est, j’étais passée à autre chose même si cela ne m’empêchait pas de penser à lui. Je pense qu’en fait, ça prévient pas ce genre de choses, pendant des semaines, des mois, même des années, on souhaite passer à autre chose… et puis un jour comme un autre, on réalise que ça y est, on est passé à autre chose.

  2. Ton texte est très beau, tu as une manière d’écrire qui nous transporte réellement.
    En plus de ça, il me touche beaucoup personnellement. Pour la première fois de ma vie je viens de vivre une rupture particulièrement douloureuse, et je rêve du jour où je serai enfin apaisée, où je pourrai entendre parler de lui, de sa vie, de ce qu’il est devenu, sans avoir l’impression qu’on transforme les petits morceaux de mon coeur brisé en une poussière encore plus fine.

    • Déja, merci beaucoup pour tes gentils mots. Je te le souhaite vraiment d’arriver à ce jour parce que c’est un peu dur d’avoir l’impression que son coeur se brise encore et encore. Mais promis, ça se guérit avec du temps et de la patience (enfin c’est plus facile à dire qu’à faire) Courage, du chocolat et des amies ❤

  3. « C’est difficile de donner son cœur et se dire que peut-être, il nous reviendra brisé. » = comme cette phrase résonne en moi ❤
    Je trouve ton article ultra positif en fait, parce qu'on sent que tu as tourné la page, ça n'a pas été évident mais tu l'as fait, et ce qui est génial, c'est que désormais tout est possible 🙂

  4. Ton texte est très émouvant. Comme je vis un peu la même chose que toi, cela m’émeut encore plus. Tu as réussi à m’arracher quelques larmes.
    Je me demande parfois où la vue veut nous mener en nous malmenant comme ça. Pourquoi elle nous permet de croire en une histoire pour tout fracasser en un claquement de doigts? Mais… comme tu l’as dit, cela nous apprend que l’on peut aimer fort, très fort. Et que l’on se relève… quoiqu’il arrive…

    • J’aime la conclusion de ton commentaire, on apprend qu’on peut aimer fort fort, avoir bien mal mais finir par se relever même si souvent on a un peu de mal à y croire. Si la vie n’était pas un peu dure, et ne nous malmènerait pas, alors on ne la savourerait pas ainsi surement ❤

    • Tu sais le nombre de fois où j’ai souhaité pouvoir le dire, et finalement c’est arrivé comme ça, un peu par hasard sans vraiment m’y attendre. Je sais à quel point ça peut paraitre long, et que même si on sait que tout passe, on a un peu de mal à y croire. Bises ❤

    • Je crois que quand on aime réellement quelqu’un avec tout ce qu’on est, alors non rien ne s’efface complètement pour que l’avenir soit plus beau et se nourrisse de ses rencontres, passées présentes et futures.

  5. Super texte, à quand le premier roman ? J’ai vécu une histoire comme celle-là. On ne s’en remet jamais totalement et en même temps elle m’a tellement apportée, forgée, construite. J’ai compris que la vie valait la peine d’être vécue grâce à ce genre d’histoire, si intense et belle. Il faut juste savoir en garder le meilleur pour avancer du mieux possible. Je te souhaite qu’elle te donne de la force et encore beaucoup d’inspiration 🙂
    Margaux
    http://www.sportandsand.com

    • Oh Margaux, je suis touchée, merci !
      « Savoir en garder le meilleur » c’est exactement ça. On ne s’en remet pas totalement peut-être justement pour ne garder que ces bouts, ces éclats de rire, ces réflexions qui nous ont construit.

  6. Magnifique ce texte. C’est triste mais beau a la fois de savoir que le temps a fait son travail et que de nouveau tu es pretes a ouvrir ton coeur et ne te rappeler que le meilleure de votre histoire.

    • Merci Camille pour ton commentaire. Effectivement je vois ce texte comme positif. Apres une route sinueuse, et quelques bosses, ne garder que le meilleur et avancer.

  7. C’est très beau, j’adore ta façon d’écrire. Et, à chaque ligne, je comparais ton histoire à la mienne : à la fin, j’ai été déçue. Parce que ça a beau faire trois ans qu’il m’a quittée, je n’arrive toujours pas à être reconnaissante. Peut-être parce qu’il n’a pas été aussi doux que « le tien » ; je sais qu’il a lui même honte de son comportement et qu’il ne veut jamais en parler. Mais pour être reconnaissante, moi aussi, j’aurais besoin qu’il s’excuse. Un peu comme ce baiser sur le front qu’il t’a donné : qu’il recouvre les moments difficiles d’un voile de douceur.

    • J’aime beaucoup ta dernière phrase, mettre un voile de douceur sur cette fin pas si jolie mais qui fait partie de moi maintenant, de notre histoire. Tu sais quand j’y repense, heureusement cela devient rare, je repense à cette fin et mon estomac se noue, encore quelques pas pour finir de totalement pardonner que quelqu’un qu’on aime fort nous fasse aussi mal en si peu de temps.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s