Tombée amoureuse.

OKAY John Green Nos etoiles contraires The fault in our starsJe crois qu’elle est tombée amoureuse de toi comme on trébuche sur une pierre, sans faire attention, sans faire exprès, sans le vouloir, sans vraiment rien demander. Un joli coup du destin, un mauvais coup de poker. Elle est tombée amoureuse de toi comme on tombe d’une chaise sans vraiment pouvoir se relever, comme une chute à ski dans laquelle on perd bâtons, bonnet, et skis. Tout en éclatant de rire. C’est comme ça qu’elle est tombée amoureuse de toi, d’un grand coup d’abord puis par petits coups, par à-coups. Toi derrière ton piano, toi gravissant cette montagne. Je crois qu’elle n’a pas trop fait attention au « pour la vie » qu’on accroche indécemment un peu partout, à la fin d’une phrase, d’un murmure, d’un soupir. Et qu’elle a un peu trop dessiner les recoins de ton corps du bout de ses doigts. Elle est tombée amoureuse comme ça, un peu trop vite, comme un saut en parachute sans parachute. Elle a heurté le sol comme tu as heurté son cœur. Elle est tombée amoureuse un peu chaque matin où elle te retenait pour un baiser ou une caresse de plus. Et aussi toutes ces fois, où tu lui as fait l’amour. Elle est tombée amoureuse un peu à chaque fois, un peu plus, jamais moins. Un peu simplement en fait, un peu par hasard, comme un imprévu, comme une averse un beau jour d’été. Elle est tombée amoureuse comme quand on roule à vélo sans les mains, ou qu’on va un peu trop vite sur les pistes de ski. Un peu comme ça, avec fougue et appréhension. Comme quand on dit qu’on y mettrait sa main à couper, et « croix de bois croix de fer si je mens, je vais en enfer ». En fait, elle est tombée amoureuse de toi un peu sans vraie raison, sans réelles explications. Juste parce que c’était toi. Juste parce que c’était elle. Et ça lui a suffit, parce qu’on s’en fiche un peu des pourquoi ou des comment, et encore plus des parce que.

Citation de John Green, Nos étoiles contraires (The fault in our stars)
« OK, a-t-il dit après une éternité. Et si « OK » était notre « toujours » ? – OK, ai-je répondu. »